La contribution du programme d’appui de l’UE et de l’Assistance Technique pour le suivi de cette stratégie nationale a permis d’atteindre des résultats tangibles

Auteur : Claude Dalbera

adultos alfabetización

Face aux contraintes et aux risques, en termes de développement durable, liés à  la persistance d’un analphabétisme massif (32% de la population), le Maroc a entrepris dès 1999 l’élaboration d’une grande politique publique de lutte contre l’analphabétisme, considérée comme une obligation  de l’Etat et basée sur une large  mobilisation de tous les secteurs clefs de la société marocaine : secteur public (Ministères et institutions étatiques), secteur civil (associations et ONG) et secteur privé (entreprises). Les programmes d’alphabétisation, à caractère fonctionnel, visent à permettre aux bénéficiaires d’atteindre des compétences alphanumériques et socio-économiques  précisées dans un référentiel, qui les amènent à mieux maitriser leur travail ou les préparent à s’insérer dans des programmes de formation continue, et leur permettent dans tous les cas d’améliorer leur vie personnelle, l’éducation de leurs enfants et la gestion de leur vie active dans la communauté.

Devant les premiers succès de la mise en œuvre de cette stratégie, le Royaume du Maroc et l’Union européenne  ont conclu en 2007 un premier programme d’appui sous la forme d’une ABS (Aide Budgétaire Sectorielle), suivi en 2011 d’un second programme d’appui. Dans le cadre de ces appuis des missions d’assistance technique pour le suivi externe ont été prévues, qui ont été confiées à une équipe d’experts proposée par la société Eptisa, comme il se doit par appels d’offre.  Cette assistance technique, qui s’est déroulée de 2009 à 2016, a eu pour objectifs : 1) d’appuyer les autorités marocaines dans le suivi de la mise en œuvre de la stratégie et 2) d’examiner les conditions générales (politique sectorielle) et spécifiques (cibles des indicateurs de performance convenus) relatives au déboursement des différentes tranches de l’appui budgétaire.

Eptisa a pu ainsi accompagner un dialogue sectoriel fructueux entre le Maroc et l’UE sur cette  stratégie et ses réalisations remarquables, tant sur un plan quantitatif (6,8 millions d’analphabètes mis en formation durant les dix dernière années!) avec un ciblage sur les femmes et  les jeunes et, dernièrement, les ruraux (catégories à forte proportion de bas niveaux de qualification), que sur un plan qualitatif (référentiels, approche andragogique, formation des formateurs, utilisation des TIC, gestion informatisée des programmes, évaluations et certifications notamment).

C’est sur le plan institutionnel que la gestion pertinente  de la stratégie a évolué de manière la plus spectaculaire.

Mais c’est enfin sur le plan institutionnel que la gestion pertinente  de la stratégie a évolué de manière la plus spectaculaire en passant d’un statut de domaine dans un ministère technique, à celui de Direction au sein du Ministère de l’Education nationale, et enfin récemment (dans la deuxième phase de l’appui) au statut d’Agence nationale de lutte contre l’analphabétisme (ANLCA).  Une Agence réunissant au sein de son conseil d’administration  toutes les parties prenantes de la stratégie et directement présidé par le Chef de gouvernement…

Leave a Reply