L’expérience du programme PACSBio de l’Union Européenne de soutien à l’amélioration de la conservation de la biodiversité et la gestion d’espaces naturels protégés

Auteur : l’équipe du projet PACSBio

DSC_5554_a

Le présent article expose succinctement une expérience de développement de capacités institutionnelles promue en Bolivie à travers le Programme de Soutien à la Conservation Durable de la Biodiversité (PACSBio) de l’Union Européenne (UE) qui appuie la modalité d’aide au développement, dénommée Appui Budgétaire Sectoriel (ABS). Bien que l’appui budgétaire soit une modalité déjà assez répandue en coopération, la nouveauté de ce programme se base sur le secteur environnemental et en particulier sur le fait qu’il soit dirigé au sous-secteur de la conservation de la biodiversité et gestion des Espaces Protégés.

Les ABS supposent le transfert de ressources financières d’une agence externe de financement au Trésor Général National (TGN) du pays récepteur, en fonction de la conformité vis-à-vis d’indicateurs sectoriels définis.

Les appuis budgétaires encouragent un vaste dialogue politique (instrumentalisé à travers ce qu’on appelle les Tables Sectorielles) et l’utilisation de Cadres d’Évaluation de Résultats, améliorant la gestion institutionnelle axée sur les résultats et favorisant le développement des capacités sectorielles, en optimisant leurs instruments de politique et planification, le cadre légal et en créant des processus de réforme sectorielle.

La contribution de l’ABS à la gouvernabilité pour la gestion des Espaces Protégés

La gouvernance et la capacité institutionnelle en Bolivie sont des variables qui ont un impact direct sur l’implémentation des politiques sectorielles et il est très fréquent que celles-ci s’élaborent sans une grande correspondance avec le cadre et les compétences institutionnelles et organisationnelles existantes, ni la qualité des instruments de planification stratégique et opérative en vigueur.

Dans ce contexte, l’Assistance Technique Internationale (ATI) que fournit Eptisa dans un secteur peu traditionnel de la coopération a une approche strictement orientée à satisfaire la demande de renforcement des institutions sectorielles locales. Pour cela, on a travaillé sur les faiblesses qui ont plus d’influence sur la capacité d’implémentation de la politique sectorielle (leadership politique, gestion administrative financière, gestion des ressources humaines) en articulant des actions de renforcement institutionnel de forme conjointe avec les fonctionnaires impliqués dans ces domaines.

Pour matérialiser cette approche, au cours du démarrage du projet, l’ATI a analysé les instruments de politique et planification sectorielle et plusieurs workshops ont été menés avec le personnel des institutions impliquées et les donneurs stratégiques qui appuient le sous-secteur, en identifiant une série de facteurs, de contexte externe et interne, qui pouvaient avoir un impact sur ce développement de capacités sectorielles.

L’approche des principaux facteurs du contexte externe, pour les différentes institutions sectorielles, s’est réalisée en fonction de 4 dimensions analytiques liées à : 1.) la légitimité de l’organisation dans le contexte sectoriel, 2.) les changements structuraux, 3.) la pression potentielle de différents groupes d’intérêt et 4.) les facteurs politiques du milieu. Concernant les principaux facteurs du contexte interne, d’autre part, les aspects suivants ont été pris en compte : 1.) l’appropriation, 2.) la formation, 3.) les structures formelles et informelles et 4.) la cohérence institutionnelle.

À partir de cette analyse très centrée sur la demande, une série de stratégies pour le renforcement institutionnel ont été définies, nous amenant à matérialiser certaines avancées qui peuvent être soulignées :

  • La modalité ABS a encouragé l’implantation d’une culture institutionnelle de gestion publique axée sur les résultats
  • Le réaménagement, appuyé par l’ATI, de matrices d’évaluation de performance, qui précisent les objectifs à atteindre et leurs indicateurs de conformité, a influencé positivement le développement de capacité des institutions, ayant généré des processus de restructuration organisationnelle, afin d’orienter plus efficacement la performance institutionnelle.
  • La promotion de la gestion axée sur les résultats a contribué au renforcement des systèmes d’information qui rendent possible le suivi et la surveillance des objectifs de la politique sectorielle appuyée par le PACSBio, au niveau central et infranational.
  • L’optimisation des instruments de planification intégrale et de contrôle et surveillance, appuyée par l’ATI, ont amélioré la qualité de la conception des plans nationaux et infranationaux, et ont favorisé le suivi de leur implémentation.
  • En termes de coordination entre donateurs et de renforcement du dialogue politique et technique avec les institutions, le Programme a intensifié l’institutionnalisation de la Table Sectorielle et l’a consolidée comme un espace stratégique pour le suivi de l’implémentation de la politique sectorielle et de validation du degré de conformité des indicateurs définis dans la Convention de Financement.
  • L’accent du Programmes sur des aspects liés à la durabilité financière des Espaces Protégés a rendu possible une meilleure articulation entre le niveau national et infranational, en obtenant une coordination plus effective de la mise en place d’alternatives économiques durables et compatibles avec la conservation.
  • L’appui à la conception d’un Programme de Formation pour le personnel impliqué dans la gestion intégrale des Espaces Protégés renforce les capacités de planification, gestion, suivi et évaluation au niveau national et infranational.
  • Enfin, la coordination interinstitutionnelle a été renforcée ainsi que les capacités de gestion des différentes entités ayant une responsabilité sur les Espaces Protégés, en développant des projets centrés sur des processus de traitement et gestion par les communautés qui y vivent.

En définitive, les avantages de l’implémentation d’un ABS comme PACSBio ont été démontrés, ainsi que sa contribution à l’amélioration de la gouvernabilité sectorielle et des capacités institutionnelles de secteurs traditionnellement soutenus avec une approche projet.

L’implémentation d’un Appui Budgétaire Sectoriel comme PACSBio peut contribuer à l’amélioration de la gouvernabilité sectorielle

Sans préjudice à ce qui précède, il faut souligner que les processus de capacity building peuvent être très volatiles et fortement dépendants de la qualité des directions politiques et, en particulier, des autorités sectorielles. Les différents va-et-vient politiques des institutions du secteur, affectés par des changements continus de personnel et les différents types de gestion, autant au niveau directif que technique, minent les perspectives de durabilité dans le temps des processus d’amélioration institutionnelle. Dans un tel contexte, il est important de souligner les expériences qui contribuent à consolider la mémoire et la culture institutionnelle à travers le développement de procédures et de manuels, ainsi que le renforcement des systèmes internes de formation. Aussi, l’introduction dans la structure d’objectifs et indicateurs, certains directement liés au développement de capacités institutionnelles, est une recommandation pour les futurs programmes résultant de l’expérience.

Plus de détails sur http://pacsbio.org

Leave a Reply